Lundis en Commun #10 — “S’organiser face à la Covid : élu.e.s, habitant.e.s, comment créer de la résilience locale ?”

Les restrictions sanitaires de la crise mettent à mal la convivialité des espaces démocratiques qui fonctionnent habituellement sur l’échange, la rencontre et le partage.

Quelles marges de manœuvre existent ? Quelles initiatives pour recréer du lien? Comment redynamiser les espaces démocratiques fortement impactés par la crise sanitaire tout en respectant les normes ?

Ce sont autant de questions auxquelles ont répondu les 50 participant·e·s de la dixième édition des Lundis en commun, ce 9 novembre dernier.

Les idées du Groupe 1 : Élu·e·s de la majorité

Voici les suggestions proposées par les élus qui ont participé à cet atelier.

  • Informer les habitants par courrier, journal municipal ou site internet des instances de participation qui restent actives. Expliquer le fonctionnement et inviter les habitants à y participer ;
  • Communication : amener des choses concrètes sur lesquelles les gens peuvent réagir ;
  • Identifier les habitants qui ont envie d’agir et entretenir la dynamique en leur proposant un rôle dans le processus ;
  • Interviewer et encourager les habitant·e·s porteur·euse·s d’initiatives de solidarité et de lien social en créant par exemple une gazette spéciale COVID ;
  • Utiliser des personnes tirés au sort comme personnes ressources ;
  • Poser des questions pratiques sur les idées pour la ville.
    Où ? Là où on le peut encore : à la sortie des écoles, aux marchés :
    — utiliser un stand au marché pour questionner les habitant·e·s ;
    — poser une urne au marché où les habitants peuvent glisser une idée écrite sur un bulletin ;
    — questionner les gens à la sortie des écoles ;
  • Organiser une présentation en ligne du fonctionnement participatif où les habitants peuvent poser des questions, se rencontrer pour participer à un projet en particulier ;
  • Ne pas se bloquer sur le porte à porte, utiliser le téléphone ;
  • Faire des enquêtes (ex : que proposez-vous pour être moins isolé·e·s ?) ;
  • Utiliser les espaces de participation déjà en place pour faire participer les habitant·e·s sur la question du COVID ;
  • Développer un conseil des jeunes ;
  • Faire de l’information, des vidéos sur des démarches participatives.

Les idées du Groupe 2 : Élu·e·s de la minorité

Comment trouver sa place et avoir un impact dans la transformation démocratique de la commune en étant dans la minorité ? Comment garder une dynamique dans la liste / le collectif ?

  • Créer une association avec les membres de la liste ;
  • Créer des assemblées citoyennes de quartier ;
  • Rencontrer les associations, les syndicats, créer une dynamique locale ;
  • Créer un journal où parler des problèmes de la commune et faire remonter des informations du conseil municipal ;
  • Faire un travail de pédagogie (fonctionnement des institutions, rôle des élu·e·s, compétences des interco, etc)
  • Parler des sujets de la commune directement avec les adjoints pour les pousser sur des projets aux valeurs écologiques, sociales et démocratiques ;
  • Faire en sorte que les élus majoritaires aient l’impression que les bonnes idées viennent d’eux ;
  • Organiser des ateliers participatifs sur des projets en cours de la majorité ;
  • Pousser pour la création d’une commission extra-municipale sur un sujet précis ;
  • Préparer les conseils municipaux avec les anciens membres de la liste ;
  • Mobiliser, travailler autour d’un dossier explosif (ex : tarification sociale de l’eau)
  • Ouvrir un lieu avec le collectif de la liste (ex : maison de la démocratie, café citoyen, tiers lieu… ).

Les idées du Groupe 3 : Habitant·e·s des petits villages et bourgs

10 habitant.e.s de petits villages et de bourgs jusqu’à 5000 habitant.e.s ont cherché des alternatives pour faire vivre les espaces démocratiques en cette période de restriction.

  • Retransmettre les Conseils Municipaux en Visio (exemple à Lorient).NB : la loi stipule que s’il y a une demande elle ne peut pas être refusée ;
  • Ne pas lâcher les élus majoritaires sur les questions démocratiques ;
  • Essayer de sensibiliser les élu·e·s à l’intelligence collective et aux outils pour faire vivre la démocratie dans la commune ;
  • Distribuer de l’information dans les boites aux lettres ;
  • Organiser un “week-end soupe” où chacun fait de la soupe et la propose à ceux qui passent avant chez lui/elle ;
  • Créer une radio locale avec la possibilité que les gens appellent au standard ;
  • Proposer aux habitant·e·s de participer à un état des lieux écologique de la commune: artificialisation des sols, ilots de chaleur, biodiversité… ;
  • Ouvrir la gestion sanitaire de la crise à un comité citoyen (Ex: Grenoble) ;
  • Construire dans l’espace public des constructions-objets qui permettent l’expression des habitant·e·s entre eux·elles (ex : palettes avec des pochettes plastiques et des mots dedans) ;
  • Créer un réseau de solidarité (via les réseaux sociaux, ou pas) ;
  • Sujet centre-bourg : proposer un concours de dessin pour représenter le centre bourg imaginé par chacun=> concours de dessin avec des adultes autant que des enfants ;
  • Les petites épiceries sont de bons relais pour toucher les personnes âgées.
  • Ateliers participatifs en Visio ;
  • Tester une méthode 6 chapeaux de Bono avec des élues qui ont envie ;
  • Un grand jeu « chapeau vert » pour partager avec d’autres des projections positives de l’avenir ;
  • Jeu du chaudoudou pour les primaires, car l’école reste le moment de sociabilité de la journée pour les enfants.
  • Projections-débats en visio (ex : « film douce France » sur la construction d’un giga-centre commercial dans le triangle de Gonesse et les réactions des adolescents de lycées sur ce projet qui s’implante dans leur territoire ;
  • Envoyer du positif dans nos collectifs et pas du négatif ! Le climat général est déjà assez morose comme ça. Mobilisons notre énergie pour des choses positives, créatives et constructives !
  • Travailler au niveau de l’interco ou avec d’autres villages alliés sur des sujets qui nous concernent tous ;
  • Faire de l’éducation populaire pour s’outiller pour la suite (conf débat) ;
  • Maintenir le contact auprès des citoyens pendant cette période avec les maisons de quartiers.

Les idées du Groupe 4 : Habitant·e·s des bourgs et villes

Dans les villes et villages, les initiatives des habitants sont fortement freinées par les mesures en vigueur.

  • Les élus sont toujours dans l’urgence. Pas facile de les aider. frustration ;
  • Envie de se sentir utiles en tant qu’habitant·e ;
  • Le second confinement et la prolongation de l’état d’urgence isole les populations et en particulier les populations les plus précaires ;
  • fatigues communicationnelles dues aux outils numériques. Le collectif souffre de cette distanciation ;
  • Démobilisation — difficulté à relancer le collectif sur des actions nouvelles (que le collectif ait des élus ou non) ;
  • Beaucoup d’infox circule et fait monter le climat de peur chez les gens (théorie complotistes et anti-masques) ;
  • Sentiment de fatigue, burn out militant.
  • Remplacer les assemblées citoyennes par des rencontres élus-citoyens en ligne ;
  • Impliquer les citoyens dans la gestion du Covid ;
  • Publier une lettre mensuelle pour parler des initiatives dans la communes (ex : Solidarité : où acheter à manger / soutenir les producteurs) ;
  • Ouvrir un Café associatif = projet pris en charge par des membres du collectif, achat d’un local ;
  • Cantine solidaire & média citoyen ;
  • Se recentrer sur des sujets locaux qui relèvent de la commune et pas sur le national = ou par le biais d’un sujet précis ;
  • Pour lutter contre les infox, faire des projections de film ou des débats où les avis peuvent se rencontrer et se nuancer ;
  • Réfléchir ensemble à la suite du confinement : comment relocaliser l’économie par exemple ;
  • Faire, même si c’est petit ;
  • Investir des sujets “locaux” pour agir en réponse aux au contexte actuel, pour intervenir à l’échelle locale (ex : les écoles).

Les idées du Groupe 5 : Habitant·e·s des grandes villes.

Comment faire vivre la démocratie dans le contexte actuel ?

  • Aller sur les marchés pour interroger les gens en notant leurs observations ;
  • Participer à l’aide alimentaire ;
  • Créer un café ambulant ou un triporteur pour reprendre contact avec les gens ;
  • Faire un jardin potager partagé pour remettre du lien et de la valeur ;
  • Organiser des cafés citoyens numériques ;
  • Communiquer et mettre en lumière des initiatives positives dans la ville,
  • Apporter du plaisir et de la joie de vivre (ex : clown au marché, crieur public etc)
  • Passer à des outils numériques libres (hors GAFAM. ex : Nextcloud)

Nous espérons que cette liste d’initiatives vous aura inspiré et donné envie de passer à l’action chez vous ! Car la crise peut aussi amener des opportunités de faire des choses décalées, créatives et impactantes pour la démocratie dans nos communes !
Quoi qu’il arrive, il est important de passer à l’action, même si c’est “petit” et à la hauteur de nos moyens !

Article rédigé par Ondine Baudon.

La coopérative des communes participatives.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store